lettres formant mot feminisme

Cool et engagée, la broderie milite pour le droit des femmes 

Cela ne vous a pas échappé, nous avons célébré la semaine dernière la Journée internationale des droits des Femmes. A priori, on n’associe pas instinctivement les travaux d’aiguille et le féminisme. Faites le test : quand on vous dit « broderie », vous pensez à quoi ? À votre grand-mère qui faisait du point de croix ? À une héroïne de Jane Austen silencieuse, assise dans un coin ? À un canevas que vous aviez réalisé enfant et qui représentait un cheval ou un dauphin ? Loin des clichés d’une activité domestique, cet art millénaire est pourtant lié à l’histoire des femmes et il évolue avec elles. Vous n’êtes pas convaincu ? Lisez cet article et vous ne douterez plus qu’en 2022, on peut affirmer que la broderie est féministe.

Un loisir initialement réservé à des femmes silencieuses

Si l’on s’interroge sur l’image que l’on a de la broderie, on pense tout de suite à une femme. Elle est souvent seule, au coin du feu, ou près de sa fenêtre. Cela fait un peu cliché, non ? C’est parce que nous avons gardé en tête la pratique du siècle dernier de cet art du fil. Et pourtant, il a une tradition bien plus longue. Retour aux origines : la technique existe depuis des millénaires, en Asie et notamment en Chine avec la broderie sur soie. À l’Antiquité, les peuples qui vivent au bord de la Méditerranée excellent dans les broderies d’or et les étoffes d’habillement. En France, il faut attendre le Moyen-Âge : les châtelaines s’en emparent pour réaliser des ouvrages qui serviront de décoration. La tapisserie de Bayeux est certainement l’exemple le plus célèbre (et oui, c’est une broderie !). 

À la Renaissance, le point de croix connaît un engouement sans précédent et se généralise dans les demeures aristocratiques. Les jeunes filles de bonne famille apprennent à broder pour préparer leur trousseau. Il sert aussi de support à l’enseignement de l’alphabet. 

De nos jours, cet art est présent dans des secteurs très différents :  

  • la broderie Haute Couture qui illumine les créations des grandes maisons comme Chanel ou Dior ; 
  • la broderie machine pour personnaliser à la chaîne des accessoires ; 
  • la broderie loisir, comme le crochet ou le tricot, est à la mode depuis quelques années perdant ainsi son côté désuet. 

Un art du fil tendance que s’approprient les jeunes

La broderie nécessite peu de matériel pour se lancer et ne demande pas un gros investissement. Tout le monde n’a pas eu la chance de découvrir la technique avec une femme de son entourage. Néanmoins, chacun peut apprendre, à tout âge, à condition d’avoir un peu de patience. A ce propos, savez-vous comment monter un métier à broder ?

Cet art permet de customiser ses vêtements et notamment grâce à des motifs chics brodés sur un tee-shirt. Un courant plus engagé est néanmoins en train de naître. En effet, sur Google, la recherche « broderie » a explosé depuis ces 5 dernières années. 

Depuis 2015, les brodeuses ont trouvé une nouvelle vitrine pour exposer leurs œuvres : Instagram. Ce réseau social offre une visibilité incomparable aux jeunes femmes douées dans l’art du fil et leur procure le soutien d’une communauté qui défend des valeurs communes. Signe du renouveau qui s’abat sur les tambours et les canevas, on voit fleurir des anatomies féminines brodées sur la toile : seins, corps non retouchés, ovaires et doigts d’honneur manucurés s’accompagnent souvent de messages forts. Les brodeuses se servent de cet outil pour proposer au monde leurs travaux, s’affirmer et provoquer la réflexion. Le contexte, après MeToo, rend aussi la société plus à l’écoute de ce que ces créatrices nous disent. 

Preuve du changement des mentalités, on aperçoit régulièrement sur Insta des hommes prendre l’aiguille ou pratiquer la broderie de Lunéville

Qui a déclaré que la broderie était vieillotte ? Si broder vous tente, découvrez les raisons qui vont vous donner envie de vous lancer.

Des messages engagés grâce à la broderie féministe 

En effet, dans l’imaginaire, une femme doit être discrète, douce, polie. Les brodeuses qui exposent leurs réalisations sur les réseaux sociaux rappellent qu’elles peuvent aussi être provocantes, militantes et crues si elles le souhaitent. Le mélange de discours, de supports et d’images dépoussière cet art traditionnel. Certaines créatrices vont même jusqu’à porter leur message en politique. Ainsi, une brodeuse américaine, Shannon Downey, a brodé un ouvrage comme acte de protestation contre Donald Trump. 

D’autres brodeuses s’engagent quant à elles contre le racisme et le sexisme. Le chemin est long et tous les moyens sont bons pour s’exprimer. Grâce à la puissance des réseaux et la créativité de ses millions d’utilisateurs, la broderie féministe a de beaux jours devant elle. 

Vous voulez réaliser des broderies pour afficher vos convictions ? Je serais ravie de vous aider dans cette démarche. Contactez-moi et nous discuterons ensemble de votre projet. 

À lire aussi : Pourquoi offrir un cadeau de Noël artisanal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.