broderies de Lunéville

Broderie de Lunéville : on vous dit tout sur cet art méconnu

Vous appréciez les tenues Haute Couture qu’on voit sur les podiums lors des grands défilés ? Savez-vous que les ornements qui parent ces créations sont confectionnés dans des ateliers français ? Les petites mains qui travaillent sur ces ouvrages perpétuent la tradition d’un art du fil méconnu, la broderie de Lunéville. Dans cet article, vous allez apprendre d’où vient cette technique. Vous connaîtrez également le matériel nécessaire pour la pratiquer. Enfin, vous saurez où vous pourrez apprendre la broderie perlée et pailletée au point de Lunéville.

Une broderie ancestrale qui vient de l’est de la France

Deux siècles de tradition dentellière

Lunéville est une commune de l’est de la France. Connue pour son château, le « Versailles Lorrain » et ses faïences, elle est surtout célèbre parmi les couturières pour ses dentelles.
Pourtant, c’est loin d’avoir été toujours le cas. À la fin des années 1700, il n’y a quasiment plus de brodeuses en Lorraine. Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon et future impératrice, se rend dans les Vosges et y découvre le travail des dentellières locales.
Elle tombe sous le charme et relance l’intérêt pour ces broderies blanches en les faisant connaître au Tout-Paris. La mode du début de ce 19e siècle laisse une grande place à la nouveauté et aux broderies. Les motifs apparaissent partout : des jupes aux châles, en passant par les manches des vestes jusqu’aux bas et aux souliers.
La demande explose et coïncide avec l’arrivée des premiers tulles de coton. Les ateliers de broderie se multiplient dans la région. Le « Point de Lunéville » émerge dans les années 1800. Le but est d’imiter les dentelles de Venise ou de Bruges sur ces tissus.

L’apparition du crochet de Lunéville et de la broderie perlée

D’abord réalisée à l’aiguille, la broderie est ensuite pratiquée au crochet de Lunéville. Au cours de la seconde moitié du 19e siècle, les machines font leur apparition dans les ateliers. Le point de Lunéville, procédé manuel, subit une forte concurrence et doit se diversifier. La broderie perlée et pailletée, telle qu’on la connaît à présent, voit le jour vers 1865.
La technique se développe crescendo jusqu’aux années 20 avec les Années folles. Elle s’interrompt avec la crise de 1929 et manque de disparaître pendant les 2 guerres mondiales. Après 1945, c’est grâce aux maisons de mode parisiennes qu’elle renaît et acquiert sa renommée internationale. Voyons maintenant comment se pratique cette broderie Haute Couture.

La technique pour broder au point de Lunéville

Une invention mise au point pour se lutter contre la mécanisation

La broderie perlée et pailletée a été mise au point par Louis Ferry, entrepreneur lunévillois, alors patron de la maison Ferry-Bonnechaux. Il recherche une méthode pour résister à l’apparition des métiers à broder mécaniques. Son invention pour gagner du temps ? Il conçoit une technique qui permet d’enfiler les perles à l’avance et de fixer le fil qui les tient au point de Lunéville. Imaginez une brodeuse à l’ouvrage. Une main tient et guide le crochet de Lunéville, au-dessus du métier à broder. L’autre main guide le fil en dessous et fait avancer les fournitures. À partir de là, le crochet passe dans une maille du tissu et accroche le fil situé dessous grâce à son encoche. Quand le crochet remonte, une boucle se forme et le fil est dirigé dans une seconde maille. C’est ce que l’on appelle le « point de chaînette ». La broderie perlée consiste donc à emprisonner, dans chaque boucle du fil de chaînette, une perle ou une paillette.

Méticuleuse et minutieuse, la brodeuse a des doigts de fée

L’ouvrage fini est donc situé sous le métier : la brodeuse avance à l’aveugle. Comme si elle avait des yeux au bout des doigts, elle est guidée par son savoir-faire.
Ces opérations nécessitent de la patience et de la minutie. En effet, le travail d’un motif de quelques centimètres carrés prend plusieurs heures. La complexité du dessin, la richesse de la broderie et le nombre de perles, de cuvettes ou de strass rallongent d’autant plus le temps de réalisation.
Cette technique permet d’exécuter des pièces originales et magnifiques. Elle sert également à confectionner de sublimes ornements qui viendront rehausser les créations des grandes maisons de Haute Couture comme Chanel, Dior ou Givenchy. La Fashion week est l’occasion de dévoiler ces chefs-d’œuvre au public.
La broderie perlée est surtout pratiquée par des femmes, petites mains des ateliers parisiens, mais aussi comme un loisir par celles qui ont l’âme créatrice. Elle permet de laisser libre cours à leur imagination.

Les fournitures nécessaires et le budget à prévoir pour commencer la broderie de Lunéville

Comme pour tout autre travail du fil, la broderie au point de Lunéville nécessite quelques fournitures spécifiques indispensables. Pour y voir plus clair, j’ai mis à votre disposition un lexique de la broderie perlée : il reprend et explique les termes des éléments essentiels de cette technique.

Le crochet de Lunéville

Cet outil est composé d’un manche et d’une extrémité en forme d’hameçon. Choisissez de préférence un porte-pointe en bois, plus agréable à manier. Cet instrument n’existe qu’en une seule version, qui peut être utilisée par les droitiers et les gauchers.
La forme de la pointe du crochet de Lunéville a évolué pour pouvoir transpercer les tissus et pratiquer la broderie perlée et pailletée. Son extrémité comporte une encoche qui permet d’accrocher et de retenir le fil. La pointe est disponible en plusieurs tailles.

Le métier à broder de Lunéville

Le métier à broder est réglable et se place sur des tréteaux. Il permet de tendre le tissu et laisse les deux mains libres pour exécuter la broderie.

Le tissu qui sert de trame

Historiquement, le tulle de coton est le support utilisé pour réaliser la broderie de Lunéville. Néanmoins, si vous souhaitez ajouter votre touche personnelle, vous pouvez employer de l’organza ou de la mousseline de soie. Tous les tissus peuvent être brodés.

Les autres accessoires

C’est la partie où vous pouvez véritablement laisser libre cours à votre imagination en agrémentant vos broderies de perles, de rubans, de sequins, de fil à broder, de plumes, etc.

Le budget à prévoir

Vous allez investir dans un métier à broder et un crochet de Lunéville. Choisissez-les de bonne qualité : grâce à eux, votre travail aura un rendu impeccable et vous vous fatiguerez moins.
Le crochet (manche + aiguille) vous coûtera quelques dizaines d’euros. Le prix du métier à broder varie de 50 à 200 euros, selon la taille et le style.
Ensuite, déterminez le motif que vous souhaitez réaliser. Vous pourrez ainsi les fournitures nécessaires (strass, cuvettes, paillettes, fils) et le tissu adéquat. Pour tout cela, comptez aux alentours de 100 euros.

Si vous voulez apprendre cette broderie de Lunéville auprès de professionnels, il faudra prendre en compte le coût de la formation. C’est un budget supplémentaire, mais il vous fera gagner du temps et prendre confiance en vous. Se former à la broderie Haute Couture avec des personnes qualifiées, c’est :

  • ne pas se perdre dans les explications d’un tutoriel sur internet et rester avec ses questions ;
  • gagner du temps pour bien monter un métier à broder ;
  • profiter des conseils et du savoir-faire des brodeuses ;
  • avoir la fierté de repartir avec votre motif fait main en autonomie ;
  • pouvoir reproduire les techniques apprises à la maison.

Où se former à la broderie perlée ?

Au Conservatoire de Lunéville

Vous pouvez apprendre le point de Lunéville et ses variantes en Lorraine. L’École de broderie d’Art du conservatoire est située dans le château de Lunéville et propose des stages de 6 h à 4 jours de formation.

À l’école Lesage

En plein cœur de Paris, cette prestigieuse école des métiers d’art fait partie de la maison Chanel.
Elle propose des cours de broderie d’art sous forme de stages ou de séminaires. De nombreuses techniques sont abordées pour s’initier au travail de l’aiguille ou du crochet.

Dans l’atelier de Lunedolia Broderies

Si vous habitez dans les Landes, pourquoi ne pas apprendre la broderie de Lunéville près de chez vous ?
Si vous êtes de passage à Dax pour les vacances ou le thermalisme, profitez de votre séjour pour découvrir la broderie perlée.
Dans mon atelier de Saint-Paul-lès-Dax, non loin du lac Christus, je propose des formations et des cours de broderie de Lunéville. Elles sont accessibles à tous : du débutant à la personne qui maîtrise déjà cette technique. Si vous souhaitez plus de détails, découvrez mes ateliers. J’y précise les différents types de stages et toutes les informations pratiques.

Bien qu’elle semble difficile, la broderie de Lunéville est accessible à tous ceux qui aiment les travaux du fil. Maintenant qu’elle n’a plus de secrets pour vous, apprenez à manier le crochet pour laisser libre cours à vos envies et développer votre créativité.

À lire aussi :

Pourquoi se lancer dans la broderie de Lunéville ? On vous dit tout sur ses bienfaits.

Engagée, la broderie est féministe !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.